L’Udaf de l’Aveyron écrit aux candidats aux législatives

Publié le 17 juin 2022 | UDAF 12

A l’occasion des élections législatives, l’Udaf de l’Aveyron a souhaité faire des propositions concrètes d’amélioration des politiques publiques en direction des familles.

Renforcer la conciliation vie familiale – vie professionnelle : une clef pour favoriser l’emploi et sécuriser tous les parents

-Créer un congé parental, accessible à tous, mieux indemnisé.

-Garantir l’accueil des enfants jusqu’à l’entrée à l’école maternelle.

-Améliorer le complément mode de garde en le prolongeant jusqu’aux 10 ans de l’enfant.

-Faire de l’accueil périscolaire une priorité.

 

Améliorer le niveau de vie des familles

-Elargir l’accès des familles à certaines prestations notamment en relevant les plafonds d’accès (PAJE et allocation de rentrée scolaire), en ouvrant les prestations dès le 1er enfant et en relevant les montants des réductions fiscales pour frais de scolarité.

-Face à la transition énergétique et écologique, aider les familles notamment sur la mobilité.

 

Accès aux droits

-Simplifier les démarches administratives.

 

Les familles adoptantes

-Recréer à proximité des centres de consultation d’orientation et de conseil en adoption.

 

La prise en charge des personnes en situation de handicap

-Poursuivre la construction d’une société inclusive tout en maintenant des structures spécifiques.

-Permettre de la souplesse au niveau des parcours des personnes.

-Développer les structures de proximité réalisant des diagnostics et assurant des prises en charge sans délai.

-Développer des solutions de répit.

 

Les personnes âgées

– Organiser l‘accompagnement et la prise en charge des personnes âgées dans une logique de parcours de vie en offrant une diversité de solutions de proximité adaptées aux souhaits et aux besoins de chacun : maintien à domicile, résidences autonomie, habitat inclusif, colocation…ehpad à taille humaine adaptés aux besoins et à la réalité d’aujourd’hui.

-Réduire le coût des Ehpad pour les personnes et leurs familles par une prise en charge effective par la cinquième branche de la sécurité sociale pour l’autonomie.

-Développer des solutions de répit pour soulager les aidants.

 

La santé et l’offre de soins, sujet de préoccupation des familles aveyronnaises de la naissance à la fin de vie

-Résoudre le problème de manque de médecins, dans tous les domaines et dans tous les secteurs, qui induit des reports de soins.

-Valoriser les métiers du soin et de l’accompagnement. Au-delà des revalorisations des salaires, il est indispensable de reconcevoir l’attractivité de ces métiers, et particulièrement sur les conditions de travail, l’organisation du travail, et une autre approche des aménagements des postes permettant de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale.

-Soutenir et accompagner la mise en place des fonctions d’IDE aux pratiques avancées, de façon que ces nouveaux métiers s’inscrivent bien dans une organisation de la prise en charge médicale des personnes.

– Développer de centres médicaux de santé qui permettraient à des médecins généralistes salariés de la structure gestionnaire, d’exercer leur métier, et d’assurer une prise en charge sur un territoire, ces centres pouvant s’articuler avec l’offre de soins hospitaliers du territoire.

-Permettre au niveau des MSP une prise en charge plus large des soins non programmés ayant un caractère d’urgence, une amplitude qui couvre au moins de 8h à 20h dans la journée et le samedi matin. La permanence de soins prenant ensuite le relais.

-Développer les maisons médicales de garde : Ce dispositif  devrait être implanté dans tous les centres hospitaliers du département, avec la participation obligatoire de tous les médecins généralistes au tour de garde, et non mis en place sur la base du volontariat.

-Assurer La gestion d’une offre de soins en phase avec les besoins de population d’un territoire. La liberté d’installation n’est pas remise en cause, mais l’assurance maladie devrait gérer le besoin de médecins sur un bassin de vie par sa politique de conventionnement, qui prévoit des avantages de prises en charges de cotisations sociales en contrepartie.

Au niveau de chaque bassin de vie, et compte tenu des caractéristiques des habitants qui y vivent un nombre de postes de professionnels de santé seraient définis et le conventionnement serait attaché à chaque poste, que ce soit médecins généralistes, de spécialités, Sage-femme, IDE, Pharmacie, dentistes, Kiné, etc. ..

 

Le handicap et la santé

-Augmenter les compétences médicales (sensibilisation des médecins au handicap).

-Mieux coordonner le secteur sanitaire et médico-social.

-Renforcer les moyens dédiés.

Actualités