Pourquoi parler de politique familiale dans le grand débat national ?

Publié le 5 février 2019 | UDAF 12

Même lorsqu’ils n’utilisent pas les termes de « famille » ou de « politique familiale », c’est bien de leur vie familiale que nos concitoyens parlent, lorsqu’ils évoquent leurs difficultés :

• le coût de leur dépenses courantes, et pour se loger, 
• leurs temps passés dans les déplacements, leurs rythmes de travail parfois hachés et changeants, difficilement compatibles avec l’organisation familiale, 
• les emplois précaires, les budgets contraints qui fragilisent les projets pour eux et leurs enfants,
• leurs besoins en termes des soutiens financiers et de services pour faire face à la charge d’enfants aux différents âges de la vie, de la petite enfance jusqu’à leur prise d’autonomie, et leurs difficultés pour éduquer leurs enfants, 
• leur sentiment parfois d’isolement, leurs inquiétudes sur l’avenir, pour eux-mêmes, pour leurs enfants, et pour leurs parents qui vieillissent.

Autant de sujets du quotidien directement liés à leur vie de famille, et donc à la politique familiale.

Lors de la première rencontre avec les maires, le Président de la République a dit être preneur de toutes propositions sur la politique familiale car cela fait partie, selon lui, du « pacte social ».

Aujourd’hui, dans la crise que traverse la France, redonner confiance aux familles est une clef pour retrouver la cohésion sociale et se tourner vers l’avenir. Le Grand Débat National doit être l’occasion d’écouter les familles sur ce qui peut améliorer leur existence quotidienne et leur permettre de réaliser leurs projets.

Aux côtés des familles, et par leur connaissance des politiques publiques, l’UNAF, les UDAF et les URAF entendent contribuer à ce Grand Débat National.

Accédez à la contribution UNAF URAF UDAF au grand débat national.

Actualités